Noûn

Pour qui ne veut pas mourir
Il n’est point d’autre paix que Vivre
Ni d’autre amour que
Le Chardon.

Noûn, c’est un dialogue musical entre une voix et un piano.
Ce sont des poèmes d’amour et de révolte s’entrelaçant à une partition instrumentale jamais figée.
C’est la rencontre de plusieurs univers qui font écho entre eux : un écrivain solaire et engagé, Jean Sénac, et les compositeurs Erik Satie et Frederico Mompou dont l’inspiration échappe à toute définition.
C’est la formation d’un duo, Mateo & Laëndi, un acteur et un musicien qui se conjuguent pour offrir un instant de méditation.
Un spectacle du Duo Mateo & Laëndi

 

Poèmes d’amour et de révolte

 Note d’intention de l’acteur

« La poésie nous aide à vivre, elle nous console et parfois nous donne la force de vivre ». J.L Trintignant

Aujourd’hui la poésie se meurt. Elle est déconsidérée parce que perçue comme inutile, inaccessible.

Lire, écouter la poésie, c’est comme entrer dans un état de méditation, de suspens. Elle  transforme la réalité en nous dévoilant ce qui se cache derrière.  Elle est un code de langage à part parce qu’elle est musique.

Pour ce projet alliant poèmes et compositions pour piano, nous avons tissé la trame de notre spectacle au gré des poèmes d’amours, d’érotisme et de révolte de Sénac.

Ce qui fait sens en lisant Sénac et qui se situe au-delà de son univers, de son style et de son talent, c’est la quête permanente d’absolu dont toute sa littérature est empreinte.

Une quête obsédante, réelle, engagée, extrême et à la fois sur le fil de la retenue, qui livre les mots du poète à cœur ouvert.

Une quête de soi parce qu’il vient nous parler du désir, de l’amour, de la recherche d’identité et de justice.

Cette quête du poète, c’est celle de ses élans exaltés et de ses chutes ; des blessures qui s’ensuivent, l’exil et la solitude, la misère et l’incompréhension chez ses pairs.

Interpréter Sénac, c’est avant tout parler d’un homme dont l’œuvre et la vie sont indissociables.  Notre propos a été un moment de nous interroger sur la place que peut avoir la poésie dans notre quotidien et son impact comme genre littéraire à part entière dans notre société moderne.

Est-ce une utopie de prétendre qu’elle ait un pouvoir de persuasion, d’éveil et de conscience ? Dans quel type de situation la poésie a-t-elle pu déclencher chez quelqu’un, sous la forme d’un message de paix ou de révolte, sa modeste contribution et modifier une idée ?

Sénac comme Pasolini, Neruda et tant d’autres poètes, parfois anonymes ou inconnus, à travers des siècles, ont su exprimer, troubler jusqu’à déranger certains pouvoirs et signer par leur acte d’écrire, leur arrêt de mort.

Leur poésie continuera à exister, elle n’a pas besoin de nous, mais ce lien d’échange, entre un public, des interprètes, des musiciens, des artistes est une possibilité de l’éprouver et de nous connaître différemment.

Marco FABBRI

Interprétation textes et mise en espace : Marco Fabbri

Jeu au piano, arrangements et montage: Laëndi

Production et diffusion : MusikAnima

Coproduction : La Ferme du Biéreau (B)

Dans la presse

Arts et lettres, D. Hélène Lemaire, 25 mai 2017